Royaume-Uni : la consommation éthique connait un “boom”

Les marchés Bio et Fairtrade continuent leur expansion en pleine crise Covid-19. Cela se confirme au Royaume-Uni où les ventes de produits bio ont augmenté de 12,6% en 2020. Les produits issus du commerce équitable connaissent une envolée similaire et le phénomène semble directement lié aux préoccupations climatiques et sanitaires.

On vous en parlait déjà en novembre : le marché bio connait un développement sans précédent depuis le début de la crise sanitaire. Le phénomène se poursuit et ne cesse de croître notamment outre-Manche. La Soil Association (principale organisation et label au Royaume-Uni, qui milite pour une alimentation saine et une agriculture durable) a sorti son rapport 2021 sur le marché biologique. Ce dernier fait état d’une croissance de 12,6% des ventes de produits bios, la plus élevée de ces quinze dernières années. La valeur totale des échanges de produits biologiques au Royaume-Uni atteint maintenant 2,79 milliards de livres (3,27 milliards d’euros) et est en passe d’atteindre 2,9 milliards de livres d’ici la fin 2021.

Une trajectoire similaire peut être observée dans les ventes de produits issus du commerce équitable. Selon le récent “rapport sur les marchés éthiques”’ d’Ethical Consumer (coopérative de consommateurs active depuis 1989), les achats Fairtrade au Royaume-Uni ont augmenté de 15% l’année dernière. De plus, près de 30% des consommateurs se disent prêts à acheter plus de produits Fairtrade à l’avenir, toujours selon ce rapport.

Le bio boosté par la vente en ligne

Les données publiées par la Soil Association montrent que plus de 50 millions de livres sterling ont été dépensés chaque semaine en produits biologiques, tout au long de l’année 2020.

Les ventes en ligne et la livraison à domicile ont alimenté une grande partie de la croissance Bio. Les ventes ont d’ailleurs augmenté de 36,2% en plein confinement. Cela signifie que le commerce en ligne (y compris via les supermarchés) représente désormais près de 25% des ventes totales. Près d’un achat bio sur quatre est effectué via le e-commerce.

Les gens passent plus de temps à la maison à préparer et à planifier leurs repas, de nombreux acheteurs apprécient également l’incroyable gamme d’options biologiques disponibles en ligne“, remarque Finn Cottle, consultant commercial chez Soil Association.

Le e-commerce bio connait une forte croissance

Le développement du e-commerce offre la possibilité aux entreprises bios de développer des approches innovantes. Malgré la restriction des contacts physiques ou de proximité, les commerçants ont redoublé d’effort pour communiquer avec leurs clients. Les entreprises ont aussi dû réfléchir attentivement à la manière de gérer l’équilibre entre leur capacité et la demande.  

Un directeur d’entreprise bio avoue que « face à la montée en flèche de la demande que nous avons connue pendant la pandémie, nous avons du réduire notre gamme de produits pour répondre aux besoins de nos clients et limiter nos ventes à de nouveaux clients. »

« Même avec les mesures mises en place, nos ventes ont augmenté de plus de 40% comparé à l’année passée, et les ventes restent élevées car les restrictions persistantes sur la vie des gens entraînent une forte demande de livraison à domicile d’aliments frais biologiques », conclut-il.

Le commerce équitable profite de la vente en ligne

À l’instar du bio, la Fairtrade Foundation rapporte un « boom » de la demande de produits certifiés « équitables » en 2020, avec une demande accrue de bananes, de cacao, de café et de vin. L’enseigne Lidl, par exemple, a vu ses ventes de vins Fairtrade tripler depuis 2019.

Dans son enquête 2018 auprès des consommateurs, la Fairtrade Foundation observait déjà un intérêt croissant pour la consommation  de produits issus du commerce équitable. Mais les chiffres explosent pendant la crise sanitaire : selon les données receuillies par Ethical Consumer, le nombre de choix actifs (les acheteurs choisissant expressément des produits Fairtrade) est plus élevé que jamais dans l’histoire du commerce équitable.

shutterstock 1581309034

« Le durable est passé d’un marché de niche à un secteur de dépenses importantes, et cela est d’autant plus vrai avec les achats en ligne », a déclaré Fairtrade. L’expansion du e-commerce soutient donc bel et bien ce changement d’habitudes.

Selon l’enquête “How Britain Shops Report” de Waitrose (enseigne de supermarchés anglaise), plus d’un acheteur sur quatre recherchait activement le logo Fairtrade lors de ses achats en ligne en 2020. La tranche d’âge la plus concernée est celle des 18-24 ans. Les recherches sur le site Waitrose.com pour du sucre Fairtrade ont augmenté de 94%, pour des bananes Fairtrade de 40% et pour du café Fairtrade de 31%.

L’intérêt croissant pour le commerce équitable est aussi soutenu par les initiatives des détaillants en ligne qui proposent de plus en plus de produits Fairtrade aux acheteurs sur internet. En 2020, Ocado (entreprise de grande distribution spécialisée dans le e-commerce) a lancé une gamme Fairtrade exclusive. De son côté, Amazon a également sélectionné de nombreux produits Fairtrade afin de poursuivre ses engagements pour le climat.

Qu’est-ce qui se cache derrière ce boom éthique?

La croissance du commerce électronique en 2020 a clairement été un catalyseur important pour les consommateurs à la recherche de produits plus éthiques.

Mais, à un moment où les budgets étaient serrés (la crise de Covid entraînait la fermeture d’industries entières, le chômage économique et un ralentissement de l’économie générale), qu’est-ce qui a poussé tant de gens à opter pour des produits qui se vendent souvent à un prix supérieur?

Finn Cottle de Soil Associations estime que cette tendance s’inscrit dans le cadre d’un changement fondamental de la relation que les gens entretiennent avec la nourriture qu’ils consomment.

Avec plus d’occasions de réfléchir à nos choix et plus de temps passé à cuisiner à la maison, nous apprécions davantage la nourriture, nous nous rapprochons de la nature et choisissons des aliments qui correspondent à nos priorités de santé personnelles”, a-t-elle déclaré à FoodNavigator.

Il y a une bien plus grande prise de conscience des liens entre l’alimentation, l’agriculture, la santé et l’environnement. Nous avons également constaté un énorme appétit des consommateurs à vouloir comprendre d’où proviennent les aliments, comment ils sont produits et quel est leur impact environnemental.”

Une abeille sur un champ bio, prête à atterir pour butiner

Le bio répond aux attentes des consommateurs

Le Covid-19 a accéléré cette prise de conscience. Selon le homescan du Panel Nielsen (une application de communication entre consommateurs et entreprises), 50% des personnes ont affirmé que l’achat de produits biologiques était “bon pour la durabilité”, contre 41% avant la pandémie. En juillet, des recherches de la Soil Association ont également montré que la plupart des gens associent “biologique” à des aliments sûrs, entièrement traçables, avec moins de pesticides et aucun organisme génétiquement modifié. Autant de critères qui collent aux nouvelles priorités des consommateurs en matière de santé et de bien-être.

Les systèmes de production biologique répondent également à de nombreux grands défis de durabilité auxquels le système alimentaire est confronté. Avec la dixième année de croissance du marché Bio, il est devenu évident que l’agriculture biologique a un énorme impact sur la nature, la santé de nos sols et de notre planète. Les recherches montrent que les fermes biologiques abritent jusqu’à 50% de plantes, d’insectes et d’oiseaux en plus. Le nombre de petits animaux y est également 30% supérieur, sans oublier les abeilles dont la population augmente de 75% dans les zones Bio.

Alex Crumbie, écrivain, chercheur et directeur chez Ethical Consumer (producteur du “Ethical Markets Report”) insiste sur le lien entre la croissance des ventes Fairtrade et l’évolution des attitudes accélérée par la pandémie de Covid-19.

Notre récent rapport, réalisé en collaboration avec Co-operative Group, a examiné comment les habitudes éthiques ont changé au cours de la pandémie, et les résultats sont prometteurs. Malgré l’adversité, l’appétit des consommateurs britanniques pour les produits du commerce équitable a continué de croître“.

Un peu d’oxygène pour les pays du Sud 

La Fondation Fairtrade a souligné que cela ne pouvait pas se produire à un moment plus crucial pour les agriculteurs des pays en développement.

Il s’agit d’un vote de confiance réconfortant envers Fairtrade de la part des acheteurs qui reconnaissent clairement les avantages de Fairtrade pour les producteurs de nos aliments“, a déclaré Catherine David, directrice commerciale de la Fondation Fairtrade.

La pandémie, combinée aux effets persistants du changement climatique, exerce une pression énorme sur les agriculteurs et travailleurs les plus vulnérables. Et beaucoup seront encore marginalisés par l’impact économique dans les mois à venir. Le soutien des consommateurs à Fairtrade continue de fournir une bouée de sauvetage vitale aux producteurs. Une bouée qui sera plus importante que jamais en 2021.”

Producteur de cacao au Mexique, triant les cabosses

Ces changements vont-ils se maintenir à l’avenir ?

Finn Cottle de la Soil Association est optimiste, car l’augmentation de la demande et de la disponibilité se combinent pour créer un cycle vertueux pour les aliments éthiques.

Il y a eu un changement radical dans la façon dont nous achetons, mangeons et pensons à la nourriture, et c’est là pour durer“, conclut-elle.

Malgré ses effets dévastateurs, la pandémie aura contribué à développer de nouvelles habitudes de consommation, avec un impact décisif dans les changements des mentalités.